Retour

Les premières piles fabriquées par LECLANCHE comportaient une électrode centrale en carbone en contact avec un mélange de charbon pilé et de bioxyde de manganèse enfermé dans un vase poreux en terre cuite.

Un des inconvenients de cette pile était de présenter une résistance interne au passage du courant assez forte ce qui en limitait le débit.

Les améliorations apportées par la suite à cette pile eurent pour but principal de réduire cette résistance interne.

Leclanché eu l'idée de remplacer le vase poreux par un simple sac de jute.

Mais l'idéal était bien sûr, de pouvoir supprimer complètement l'enveloppe. Leclanché développa un peu plus tard, un nouveau type de piles composées avec des blocs solides de charbon aggloméré avec du bioxyde de manganèse.

La difficulté technique résidait dans la fabrication de ces blocs qui devaient être à la fois résistants d'un point de vue mécanique et suffisament poreux pour laisser s'établir les échanges chimiques.

Blocs agglomérés
Blocs pour pile Leclanché (dimensions environ 12 cm X 4 cm)

La photo ci-dessus montre un de ces blocs. Ils étaient réalisés à partir d'un mélange de charbon de cornue et de bioxyde de manganèse moulés à chaud (100 °C) et sous pression (300 Bars) avec 3 à 5 % de gomme laque qui servait de liant.

Avec 2 blocs (voire 3 ou 4), maintenus en contact avec un barreau de charbon par deux élastiques, il était possible de constituer l'électrode positive d'une pile.

Le zinc était tenu éloigné des blocs par un morceau de bois afin d'éviter un court-circuit interne et un disfonctionnement de la pile.

Lorsque le bioxyde était épuisé, il était possible de remplacer les blocs, ce qui était sans doute pratique du point de vue de la maintenance de ces piles et sans doute aussi économique pour l'exploitation.


Pile LECLANCHE à agglomérés
Ensemble monté


Plusieurs types de piles de cette conception ont été commercialisés. L'image ci-dessous montre quelques exemples de réalisations.


Pile LECLANCHE à agglomérés
Variantes de fabrications