Raconte-moi la radio

Gustave FERRIE

Général et savant français né à saint-Michel de Maurienne le jeudi 19 novembre 1868, mort à Paris le mardi 16 février 1932.

Il fait ses études secondaires à Draguignan (1882-1884) et est reçu au baccalauréat en 1884. Il poursuit ensuite des études d'ingénieur.

Sorti de Polytechnique, il est affecté en 1893 comme officier télégraphiste au Mont-Valérien.

Il assiste aux expériences de Marconi à Wimereux en 1899 et est enthousiasmé par les nouvelles techniques naissantes.

En collaboration avec le colonel BOULANGER, il écrit en 1902 un livre sur "La télégraphie sans fil".

En 1903 Le commandant FERRIE invente un détecteur électrolytique qui a un fonctionnement plus fiable que le cohéreur de Branly.

Sa première réalisation importante est la station de la Tour Eiffel en 1904. Il fait installer un émetteur et une antenne de grande dimension au pied de la Tour et commence quelques essais de transmission à usage militaire.



Centenaire de la Tour Eiffel
Oeuvre originale de BUZ
Club des créateurs et cartophiles contemporains - Paris

En 1905/1906, l'affaire d'Algésiras (La Conférence Internationale qui siégea à Algésiras en Espagne en 1906, reconnaissait à la France des droits sur le Maroc) va donner un élan nouveau à la télégraphie militaire.

A partir de 1906, un réseau radiotélégraphique est opérationnel entre la tour Eiffel et les grandes places de l’Est.

La portée de l'émetteur de la Tour Eiffel passe de 400 km à 6000 km de 1904 à 1908 suite aux remarquables travaux du Commandant Ferrié.

L'équipement du réseau militaire d'outre-mer est constitué.

A la veille de la guerre de 1914/1918, le gouvernement français est conscient de sa faiblesse en matière de communication avec ses alliés. Pratiquement tout le réseau télégraphique terrestre se trouve sous le contrôle de l'Allemagne de la baltique à la Turquie.

Le commandant Ferrié est chargé de consolider le réseau de Télégraphie Sans Fil qui repose, à la veille de la déclaration de guerre, sur le seul émetteur de la Tour Eiffel.

Durant la guerre de 1914-1918 il est chargé de coordonner l'industrialisation des postes émetteurs récepteurs portables pour les besoins de l'armée et de former des techniciens : les sapeurs-télégraphistes.

Cliquer ici pour voir les premiers sapeurs-télégraphistes à l'entraînement au camp de Mailly (vers 1920).

FERRIE sut s'entourer de collaborateurs de génie, tels Joseph BETHENOD (1883-1944), disciple de André BLONDEL (1863-1938), à qui l'on doit de nombreuses inventions relatives à la radiotélégraphie, des études théoriques sur le transformateur à résonance et des développements sur les alternateurs à haute fréquence.

Joseph BETHENOD, ancien élève de l'Ecole Centrale de Lyon, sera le premier Directeur Technique de la S.F.R. (Société Française Radioélectrique).

On peut aussi citer parmi l'entourage de FERRIE, des techniciens de valeurs qui ont participé "dans l'ombre" au développement de la radio télégraphie :
- Le Général Alphonse ANTOINE (1890, 1969) sapeur télégraphiste de première génération qui participa aux côtés du général FERRIE, à la création de l'émetteur de la Tour Eiffel et réalisera de nombreux travaux dans le domaine des transmissions militaires,
- Le Commandant Camille TISSOT (1868,1917), brillant ingénieur de l'Ecole Navale qui durant sa trop courte carrière réalisera de remarquables travaux dans le domaine des transmissions navales et sera misionné pour la création du service de transmission de l'heure par TSF à la Tour Eiffel.
- et sans doute bien d'autres talentueux radio-techniciens dont l'histoire n'a pas retenu le nom.


Après la guerre, le Général Ferrié participe à l'étude d'un réseau de postes d'états implantés sur tout le territoire et permettant d'assurer la couverture de la France.

La carte FERRIE telle que parue dans l'hebdomadaire "L'ANTENNE" N° 457 de décembre 1931, partage la France en 11 régions correspondant aux rayons d'action de 10 émetteursde 60 kW plus un de 20 kW (Grenoble) sur onde moyenne.

Conscient de l'enjeu stratégique de la TSF, FERRIE développe, dès 1915, en coopération avec quelques industriels, la première lampe TRIODE française.

A partir de 1922, il sera membre de l'Académie des Sciences.

Il sera aussi le premier président du Comité National Français de Géodésie et Géophysique (de1920 à 1926).

Le Général FERRIE meurt à l'hôpital militaire du Val-de-Grâce à PARIS, le mardi 16 février 1932 à l'age de 65 ans, à la suite d'une opération.

Quelques heures auparavant, il avait été élevé à la dignité de Grand Croix de la Légion d'honneur.

Le JOURNAL des 8, hebdomadaire réservé à l'émission amateur écrivait dans son N° 379 du 20 février 1932 :

"La disparition de ce grand savant frappe de consternation la France entière, témoin de ses travaux auxquels il a consacré sa science, son intelligence, son dévouement pour le plus grand essor de la TSF".

Sources :

  1. Général Ferrié et la naissance de la TSF en FRANCE - Ouvrage du centenaire - Editions du BRES
  2. Le Général Alphonse ANTOINE - Site de la Mairie d'Allarmont
  3. Camille Tissot - Biographie

Télécarte émise en mémoire à Gustave FERRIE

© 2000-2007 Pierre Dessapt