Raconte-moi la radio

Alessandro VOLTA

Physicien italien né à Côme en 1745, mort dans cette même ville le 5 mars 1827 à l'age de 82 ans.

Alessandro VOLTA

Initié par l'un de ses amis à l'électrostatique lors de ses études au séminaire, il choisit de se consacrer à l'étude de l'électricité.

Il entre en contact avec l'abbé Jean Antoine NOLLET (1700-1770) qui a ouvert vers 1750 un cours de physique expérimental au collège de Navarre à Paris et qui a acquis rapidement une grande notoriété en Europe.

Volta est nommé professeur de physique au Collège Royal de Côme où il entreprend des recherches sur l'électricité et dans le domaine de la chimie.

Il invente de nombreux appareils tels l'électrophore (1774) et l'électroscope à condensateur.

En 1777, il visite l'Europe et rencontre Albrecht von HALLER (professeur d'anatomie auteur de plus de 200 livres de médecine) à Berne et Horace Bénédict de SAUSSURE (naturaliste et physicien suisse - inventeur de nombreux appareils tels un hygromètre, un actinomètre et un électromètre) à Genève. Il rencontre aussi VOLTAIRE.

A partir de 1779, il occupe la chaire de physique de Pavie. 

Il gradue l'electromètre de SAUSSURE en proposant une unité de mesure de tension.

De 1780 à 1782, il visite la France et rencontre LAVOISIER et LAPLACE avec qui il étudie l'électricité atmosphérique.

Pile de Volta (Maison d'Ampère - Poleymieux) A partir de 1792, il refait les expériences de GALVANI et montre que l'excitation des pattes de la grenouille est due à l'électricité produite par le contact de 2 métaux différents.

Il invente la pile électrique en 1800.

Cet appareil est composé d'un "pile" de paires de disques de 2 métaux différents séparés par un tissu humidifié avec de l'eau acidulée.

Il teste divers couples : cuivre/zinc, argent/zinc et commence un classement des couples en fonction de leur efficacité (on dirait aujourd'hui de leur force électromotrice - fem).

La pile ci-contre - qui n'est pas exactement le prototype de Volta, mais sans doute un bel exemple d'appareil de laboratoire du 19ième siècle - se compose de disques en zinc (gris) et en cuivre (rouge).

Alors qu'il manifestait à PARIS pour la reconnaissance de la République Cisalpine, il est invité à présenter son invention au premier Consul, Napoléon BONAPARTE .

Il utilise l'eudiomètre qu'il a inventé en 1775 à l'occasion de ses études sur le gaz des marais (méthane) pour réaliser la synthèse de l'eau par une étincelle. Il trouve les mêmes résultats que GAY-LUSSAC sur sa composition en oxygène et hydrogène.

En 1801 il est nommé par BONAPARTE Sénateur du Royaume d'Italie.

Il cesse ses travaux de physique à partir de cette période.

Un malheur irréparable !

Au début du siècle dernier, le Comité du Centenaire de la Pile avait organisé à Côme, avec l'appui de la Municipalité de la ville, une Exposition Internationale sur le thème de l'Electricité.

Une souscription avait permis d'ériger une statue à la mémoire du grand savant Volta, statue que l'on peut encore voir aujourd'hui sur la piazza Volta.

La France était représentée à l'inauguration par M. BAUDOT l'inventeur du télégraphe-imprimeur multiple.

Pendant l'exposition, un incendie se déclara dans le pavillon principal et en moins d'une heure l'ensemble des manuscrits de Volta et la quasi totalité des appareils scientifiques qu'il avait construit seront détruits.

Dans la même salle se trouvait aussi l'original de la Légion d'Honneur que lui avait remis, en 1826, le Roi de France Charles X et les 2 piles présentées fin 1801 à l'Académie des Sciences, en présence du Premier Consul Napoléon Bonaparte.

Ironie du sort, le feu avait pour origine un court-circuit électrique !

Volta dans son laboratoire
Médaille commémorative produite aux USA

Sources :

  1. Le Dictionnaire des Inventeurs et des Inventions - LAROUSSE
  2. Archives du CNAM - CNUM 4KY28.53 p 144

© 2000-2007 Pierre Dessapt