Raconte-moi la radio

La station Radio-Toulouse - St Agnan

"La nouvelle station de TSF de Radio-Toulouse sera-t-elle autorisée ? "

Ainsi écrivait la presse en juin 1933. "Faute d'un statut toujours attendu et jamais voté, la radiodiffusion française est paralysée dans toutes ses initiatives privées. Témoin la nouvelle station installée à 34 Km de Toulouse dans le domaine de St-Agnan, qui ne peut-être inaugurée bien qu'elle ait à peu près terminé ses essais techniques".

La station de St-Agnan, vient en remplacement de l'ancienne station de Radio-Toulouse, détruite par un incendie, qui connaissait déjà auprès de ses auditeurs un immense succès.

La nouvelle installation construite en dehors de la ville a une puissance accrue de 60 kilowatts-antenne et est équipée des matériels les plus modernes (pour l'époque).



Vue générale de la station (1933)


Le château de St-Agnan
où se trouve le poste émetteur


Les étages d'émission
équipés de tubes de puissance
à refroidissement par eau

Installée dans une propriété de 73 hectares, à une altitude de 243 m, l'émetteur devrait rayonner sur une vaste région. Le château de St-Agnan a été complètement réaménagé pour recevoir les équipements techniques, les bureaux et le logement du personnel.

L'installation est alimentée par une ligne à haute tension de 27 Km, qui arrive à un poste en bas de la vallée, la liaison finale étant faite par un câble souterrain en 13,500 V pour ne pas dénaturer le paysage.

Les machines et l'émetteur ont été fournis par la SFR.

Les lampes d'émission de 100 KW refroidies à l'eau sont alimentées sous 16 KV continu.Un circuit d'eau et un bassin de refroidissement externe de 40 m3 ont été aménagés dans le parc du château.

Afin d'obtenir une qualité musicale optimale, il a été choisi d'installer une antenne très amortie. L'aérien est composé d'un prisme horizontal de 102 m de haut, prolongé par 2 prismes de 18 m de long chacun. Les pylônes de 125 m sont distants de 250 m ce qui évite toute interférence avec les brins d'antenne.

La prise de terre en forme d'arête de poisson est constituée par 4 Km de fils de cuivre enterrés.

Sources :

  1. La Science et la Vie N° 192 de juin 1933

© 2000-2007 Pierre Dessapt