Raconte-moi la radio

Albert TURPAIN

Physicien français né à la Rochelle en 1867 et mort à Poitiers en 1952.

Très jeune, Albert Turpain a la douleur de perdre son père.

Pour subvenir aux besoins de la famille, il doit abandonner ses études et trouve un travail, en 1884, dans l'Administration des Postes où il restera pendant près de trois ans.

Pendant les rares loisirs que lui laissaient ses occupations professionnelles il prépare le baccalauréat, puis le concours pour l'obtention d'une bourse de licence à la Faculté des Sciences de Bordeaux.

En 1887, il en sortira licencié ès sciences physiques et en 1891 ès sciences mathématiques.

A partir de cette époque, il reprend les travaux de Hertz et mène des recherches sur les ondes électromagnétiques.

L'idée de Turpain était d'utiliser un téléphone de Bell dans la coupure de la boucle de Hertz pour entendre le claquement de l'étincelle induite dans la boucle.

En 1894, deux ans avant Marconi, il réussit la première transmission radioélectrique de signaux morses (sur 25 m).

Ses travaux sont publiés dans les Annales de l'université de Bordeaux en avril 1895.

Après une longue période de maladie, il reprend en 1897 ses travaux et passe, en 1899, une thèse sur les oscillations électriques. 

Mais déjà Marconi a pris la paternité de la T.S.F.

Professeur à l'université de Poitiers en 1907, Turpain invente de multiples appareils et s'intéresse à de nombreux domaines : multi-communication en téléphonie, observation et prévision des orages, brevets sur le cinéma et l'imprimerie.

En janvier 1935, il réalise la première émission de télévision à Poitiers.

Il a joué un rôle important dans l'électrification du département de la Vienne où il a vécu.

On lui doit de nombreux ouvrages d'enseignement (Leçons de Physique, Manipulations de physique, Manipulation d'électrotechniques) et des livres scientifiques ou de vulgarisation (La Lumière, La Télégraphie, La Téléphonie, La Télégraphie sans fil et les applications des ondes électriques).

Il a pris aussi une part active à la réhabilitation de savants peu connus comme Jacques de Romas un des pères du paratonnerre.

L'histoire ne lui reconnaîtra malheureusement jamais d'être « Albert TURPAIN, précurseur de la T.S.F.» comme l'indique l'épitaphe porté sur sa tombe.

Son premier récepteur de T.S.F. est resté longtemps exposé à Paris, au Palais de la Découverte.

Sources :

  1. Le Dictionnaire des Inventeurs et des Inventions - LAROUSSE
  2. Aventures scientifiques, Savant en Poitou-Charentes du XVIème au XXème siècle - J. Marsac - Edition de l'Actualité Poitou-Charentes, novembre 1995.
  3. Revue Générale de l'Électricité, Tome XV- n°10, 8 mars 1924, pages 403-404.
  4. L'Affaire BRANLY - Jacques Marzac - Michel Fontaine Editeur - Poitiers 2005

Merci à Patrick LAGONOTTE, professeur à l'IUT de Poitiers, pour les informations biographiques.
Merci à Jean-Christophe FILLOUX professeur de physique à Poitiers pour le portrait de A. Turpain
Merci à MM. Roger Serreau, Francis Vallade et leurs collègues du Lycée Louis Armand de Poitiers pour le livre de Jacques Marzac qui est en bonne place dans ma bibliothèque.


© 2000-2007 Pierre Dessapt