Raconte-moi la radio

Gustave TROUVE

Ingénieur et constructeur français d'instruments scientifiques né le 2 janvier 1839 à Descartes (Indre et Loire) et mort à Paris en 1902

Son père, Jacques Trouvé, était marchand de bestiaux et Maire de sa ville natale au moment de sa naissance.

Il fréquente le collège de Chinon puis entre à l'École des Arts et Métiers d'Angers d'où il sortira Ingénieur vers 1860. Après avoir commencé de travailler chez un horloger à Paris, il crée sa propre entreprise en 1865 où il invente et construit quantité d'appareils électriques de précison en particulier dans le domaine médical :

Vers 1865, il met au point, à la demande du physicien et astronome Léon FOUCAULT, un gyroscope électrique (invention qui sera revendiquée quelques années plus tard par un autre ingénieur français, Arthur Constantin Krebs considéré comme le père du sous-marin moderne).

On lui doit le perfectionnement des premiers endoscopes (Le polyscope de Trouvé - 1873 - équipé de "filaments illuminateurs"), de la scie chirurgicale à moteur, du thermocautère.

A noter qu'à cette époque, il avait contribué à la mise au point d'un système d'éclairage minuscule pour équiper ses endoscopes plus de dix ans avant qu'Edison invente la lampe type "MIGNON" (1886).


Polyscope de TROUVE

Il est l'inventeur de la pile à treuil dérivée de la pile au bichromate de Poggendorf.

Très compétant dans le domaine de l'horlogerie et de la micro-mécanique, il réalisera aussi, vers 1884, nombre d'objets décoratifs électrifiés qui feront la joie des spectateurs des cabarets parisiens de la Belle Epoque : bijoux lumineux, décors lumineux, lampes à incandescence pour danseuses ...

Tous ces objets étaient alimentés par une batterie de 500 grammes seulement portée par les artistes, batterie (étanche sans doute) qu'il avait développée spécialement pour ces applications !

Chercheur infatigable, il donnera naissance à bien d'autres inventions qui concerneront la traction électrique, le plus léger que l'air avec un prototype d'hélicoptère électrique (1887), un canot à moteur électrique ...

Il apportera aussi plusieurs améliorations au télégraphe militaire...

En 1880, l'équipe animée par Charles Jeantaud (constructeur automobile), Nicolas Raffard (ingénieur mécanicien), Camille Faure (électro-chimiste) et Gustave Trouvé conçoit et réalise une première voiture électrique (Projets rendus possibles grâce à l'amélioration par Camille Faure, de l’accumulateur au plomb inventé vingt ans plus tôt par Gaston Planté - accumulateur dit à formation artificielle).

Gustave Trouvé s'éteint à Paris en 1902 à l'issue d'une carrière entièrement consacrée au service de la Fée Electricité.

Sources :

  1. Le Dictionnaire des Inventeurs et des Inventions - LAROUSSE
  2. Les sites web sur TROUVE
  3. Le musée Nitze-Leiter de l’endoscopie à Vienne - polyscope de TROUVE

© 2000-2007 Pierre Dessapt