Raconte-moi la radio

La station télégraphique de Sayville

La station télégraphique de Sayville, construite en 1911 par la Telefunken Communications Company of Germany, fût certainement à l'époque de la première guerre mondiale l'une des plus puissantes station du monde.

Si cette installation, construite près de New-York sur l'île de Long Island, présentait quelques spécificités techniques qui mérite qu'on s'y attarde, elle a été rendue célèbre par deux événements qui ont eu une importance politique capitale.

-Le 7 mai 1917, la station interceptera un message important des allemands qui, une fois décodé par les anglais, indiquait aux sous-marins de la Kriegsmarine la position du Lusitania, qui comme on le sait, fût coulé quelques heures plus tard par une torpille avec des citoyens américains à bord.

-A la même époque, la station interceptera un message du ministre allemand des affaires étrangères Zimmermann qui demandait au Mexique d'attaquer les Etats-Unis pour les détourner de la guerre en Europe.

Ces deux événements majeurs vont conduire le Président Wilson à décider de l'entrée en guerre des Etats-Unis.

L'émetteur TELEFUNKEN de Sayville

Vous vous souvenez sans doute que les premières stations de télégraphie utilisaenit un émetteur à étincelles et générait des ondes dites amorties capables de transmettre des signaux télégraphiques en morse, mais inadaptées pour la transmission de la voix.

Ces émetteurs de conception simple étaient très employés aux Etats-Unis dès 1900, car ils permettaient de réaliser des installations de taille très variables depuis de petits émetteurs portables pour des besoins militaires jusqu'à des installations de forte puissance.

L'inconvénient de ces émetteurs était qu'ils généraient des ondes sur un large spectre créant ainsi des interférences importantes et rendant difficile toute possibilité de syntonisation (impossibilité de séparer deux stations proches).

Les améliorations et recherches avaient conduit à développer d'autres type de matériels :

- des émetteurs à arc construits suivant les principes de l'arc chantant de Poulsen.

- des émetteurs à alternateur haute fréquence basés sur les travaux de Ernst F. W. Alexanderson.

A la veille de la Grande Guerre, les américains avaient déjà construit un grand nombre de stations équipées d'émetteurs à arc et ils maîtrisaient bien cette technique simple et facile à mettre en oeuvre même pour des puissances importantes.

Les européens avaient travaillé de leur coté à la mise au point d'alternateurs Haute Fréquence de puissance performants et fiables d'un point de vue mécanique et avaient à cette époque une avance certaine sur les américains qui avaient du mal à maîtriser la tenue mécanique des machines et leur comportement vibratoire.

C'est ainsi que la TELEFUNKEN installa à Sayville la première station à alternateur HF des USA.

Les alternateurs HF avaient cependant l'inconvénient de produire des ondes à une fréquence assez basse limitée à 15 ou 20 KHz par la vitesse des machines. Monter plus haut en fréquence aurait imposé de faire tourner les machines plus vite ce qui était incompatible avec les contraintes mécaniques dues aux forces centrifuges sur la partie tournante.

En France, BETHENOD et LATOUR mirent au point avec SACM des machines fiables et performantes qui furent utilisées un peu partout dans le monde avec beaucoup de succès.

En Allemagne GOLDSCHMIDT et ARCO développèrent à la Telefunken un alternateur à moyenne fréquence qui exploitait par un système de filtrage (circuit résonnant accordé à la sortie de la machine) les harmoniques de la fréquence fondamentale de la machine et pouvaient ainsi générer des ondes de fréquence double voire quadruple de la fréquence de base. Mais à l'expérience, ces installations s'avérèrent d'exploitation difficile avec des réglages très précis à maintenir en service sous peine d'avoir des échauffements prohibitifs des machines, voire des destructions définitives. De plus le rendement de ces alternateurs était assez mauvais, les échauffements étant dus à des accumulations d'énergie liées à une mauvaise maîtrise du taux d'ondes stationnaires dans les circuits de filtrage.

TELEFUNKEN installa cependant une machine de ce type de 200KW à la station de Tuckerton, station soeur de la station de Sayville installée de l'autre côté de New-York dans le New Jersey.

Initialement la station de Sayville fût équipée d'un alternateur de 100 KW qui fonctionnait sur une fréquence de 9.6 KHz. Deux convertisseurs statiques de fréquence furent installés un peu plus tard portant ainsi la fréquence d'émission à 19.2 puis 38.4 KHz.

Bien que le rendement de la station n'ait jamais atteint les valeurs estimées par Goldschmidt, la vitesse relativement lente des alternateurs conduit à une bonne disponibilité de l'installation.

Le résultat mitigé de l'expérience n'encouragea pas en tous cas la Telefunken à de nouveaux développements.

L'entrée en guerre des Etats-Unis en mai 1917, va changer pas mal de choses. Après une mise à l'arrêt de toutes les stations de télégraphie, sur ordre du gouvernement, les petites stations ne seront pas remises en services, mais les grosses installations y compris celles de Telefunken seront réquisitionnées pour les services de l'armée et en particulier de la marine.

Ainsi les stations de Sayville et Tucckerton sont mises au service de la Défense américaine. Les employés de la Telefunken seront pour beaucoup remplacés par du personnel de la Navy.

Suite à l'armistice, en novembre 1918, il fût clair pour le gouvernement que la situation des stations de TSF ne pouvait pas revenir à la situation d'avant guerre tant sur le plan technique qu'administratif. La RCA sera créée à cette époque pour soutenir et organiser au plan national les développements de la radio tant en ce qui concerne les émetteurs que les récepteurs. En ce qui concerne les stations de la Telefunken, les USA et le gouvernement allemand inclurent ces installations dans les réparations de guerre.

De 1917 à nos jours

La US Navy continua à s'occuper de la station après 1917 jusqu'à la fin de la guerre et apporta des modifications pour en améliorer le fonctionnement.

En particulier elle fit installer par la Federal Radio Telegraph Company of Palo Alto (California) société fondée par POULSEN un émetteur à arcs à la place de l'alternateur HF de Telefunken.


Emetteur à arc de la station de Sayville (vers 1917)
L'émetteur à arc au premier plan est de conception toute à fait identique à celui de Croix d'Hins
Au fond on distingue la self d'antenne qui est elle aussi de conception identique à celle de la station de Croix d'Hins
Photo : site web de la Long Island Wireless Historical Society

Vers 1920, la Mackay Company loua ensuite l'installation pour faire à la fois de la radio et de la télégraphie. Clarence MACKAY fondateur de la société est le premier à avoir imaginé d'intégrer dans un réseau continu, le cable sous-marin, la télégraphie sans fil et la téléphonie terrestre.

En 1937, quand la Mackay Company quitta Long Island pour Brentwood, la CAA qui deviendra plus tard la FAA (Federal Aviation Administration) prit le relais pour introduire une composante aéronautique dans le cadre du développement du trafic aérien dans cette région des Etats-Unis..

La station sera opérationnelle jusqu'en 1995, date à laquelle elle sera déclassée puis mise à l'arrêt définitif.

Partiellement détruit par des vandales, le site est actuellement préservé par diverses associations de sauvegarde, en particulier par la Friends of Long Island Wireless History qui en relation avec le Department of Parks de New-York, la ville de Islip et la Smithsonian Institution's Electrical Collections qui regroupe des historiens et des techniciens, étudient la possibilité de construire un complexe historique qui retacerait l'histoire de la TSF depuis Marconi jusqu'aux satellites sur l'île de Long Island.


Sources :

  1. Le site web de la Long Island Wireless Historical Society http://www.liwhs.org/

© 2000-2007 Pierre Dessapt