Raconte-moi la radio

Thomas Johann Seebeck

Physicien allemand  né à Reval, aujourd'hui Tallinn, le 9 avril 1770 et mort à Berlin le 10 décembre 1831.

Il était issu d'une famille aisée de commerçants et son père souhaitait lui faire suivre des études de médecine.

En 1802, il sort avec son doctorat de médecine de l'Université de Göttingen, mais il a un grand attrait pour la recherche en physique ce qui lui vaudra d'être plus connu comme physicien que comme médecin.

Il va alors s'inscrire comme candidat libre à l'Université de Jena puis à Bayreuth et à Nürnberg et suivre les cours de sciences naturelles.

Il rencontre Johann von Goethe et travaille avec lui sur la théorie des couleurs (Theorie der Farben und des farbigen Lichtes).

Vers 1810, il s'intéresse aux oxydes d'argent dans des applications qui déboucheront plus tard sur la photographie en couleur.

A la même époque, il remarque le magnétisme du nickel et du cobalt et fait des expériences sur la polarisation de la lumière dans les solutions sucrées.

Vers 1820, il travaille sur le magnétisme du fer et des aciers.

C'est à cette époque qu'il découvre l'effet thermo-électrique qui portera son nom  Effet Seebeck

Cet effet consiste à l'apparition d'une force électromotrice dans une boucle métallique formée de deux métaux différents soudés en série, lorsque les deux soudures sont maintenues à des températures différentes.

Cet effet avait été remarqué  vers 1801 par son compatriote Johann Wilhelm Ritter, mais n'avait pas suscité, sans doute, à l'époque,  l'intérêt des scientifiques.

Mais Seebeck avait imaginé qu'il s'agissait d'un effet thermomagnétique c'est à dire la production d'un champ magnétique par un écart de température dans un corps.

Il en avait faussement émis une théorie qui expliquait le magnétisme terrestre par la différence de température des pôles.

On lui doit aussi des recherches en optique :

La répartition de l'énergie dans le spectre solaire (de l'infrarouge à l'ultraviolet), la découverte du pouvoir rotatoire de certaines huiles, de la biréfringence et de la photoélasticité.

Il fut pendant 13 ans membre de l'Académie des Sciences de Berlin (Berliner Akademie der Wissenschaften) et en 1825 membre de l'Académie des Sciences de Paris.

Sources :

  1. Le Dictionnaire des Inventeurs et des Inventions - LAROUSSE
  2. Magnetische Polarisation der Metalle und Erze durch Temperatur-Differenz. Abhandlungen der Preußischen Akademie der Wissenschaften

© 2000-2007 Pierre Dessapt