Raconte-moi la radio

La station télégraphique de Rufisque au Sénégal

Rappel historique et géographique

Rufisque est une ville portuaire du Sénégal, située sur la côte atlantique à 25 Km environ de la capitale DAKAR.

Créé au début du 16e siècle, ce petit village de pêcheurs va devenir un des comptoirs les plus florissants de la côte occidentale d’Afrique. La ville bâtira sa fortune sur l’exploitation de l'arachide comme en témoignent son port, ses huileries et ses grands magasins aujourd’hui tombés en ruine.

Classée en même temps que St-Louis, Dakar et Gorée parmi les centres rayonnants de la côte occidentale d’Afrique, la ville a été à la fois ville administrative et commerciale avant de céder la place à Dakar.

Lorsqu’en 1885 le chemin de fer Dakar-Saint-Louis est inauguré, Rufisque est encore le centre économique incontesté du Sénégal : les grandes maisons de négoce ont leur siège dans cette ville où tout est conçu pour le commerce. Cette position est liée au dimensionnement de son port équipé de deux wharfs de 200 mètres de long et à ses quinze hectares d’entrepôts dont la capacité de stockage dépasse trente mille tonnes.

Au début du 20ième siècle, Dakar n’est encore qu’une petite citée, mais en 1902, sous l'influence française,l'agglomération est désignée comme capitale de l’AOF (Afrique Occidentale Française).

Port de Rufisque
Warf de Rufisque - Sénégal
Chargement des arachides

A cette époque, Rufisque avec 57 % des exportations d’arachides, 1 500 entrées de navires et 190 mille tonnes de trafic, n’est pas encore en position de faiblesse par rapport au nouveau port construit à Dakar, où la prépondérance du charbon traduit la fonction d’escale mais ne confère pas encore à la jeune capitale de l’AOF un rôle premier dans l'économie du pays.

Cependant, Dakar dispose maintenant à son avantage d'une zone portuaire abritée, très accessible et incomparablement outillée par rapport à la rade de Rufisque.

L'abandon d'investissements lourds dans cette zone commerciale de Rufisque sonnera le déclin progressif de la ville et l'abandon de nombreuses installations industrielles au profit de la nouvelle capitale.

Fin 2007, selon les estimations officielles, la population de la ville s'élèverait à un peu plus de 160 000 habitants.

La ville de Rufisque, qui était dans les années 1920 une agglomération isolée de DAKAR, est de nos jours quasi rattachée à la capitale et fait partie des 5 places qui composent la communauté urbaine de Dakar.

Les liaisons hertziennes

Faute d'investissements dans le cable sous-marin, seul moyen technique existant pour desservir son empire colonial au début du 20ième siècle, la France était tributaire à l'époque des lignes étrangères et notamment du cable anglais qui avait un quasi monopole mondial.

Au début de l'année 1911, le Gouvernement français prenait enfin conscience que la constitution d'un réseau radiotélégraphique entre la métropole et nos possessions d'outre mer présentait un caractère stratégique certain.

Les succès techniques des équipes d'Ingénieurs et Chercheurs pilotées par le Général FERRIER et son incessant travail de communication auprès des Autorités politiques finiront par convaincre les plus rétissants de l'avenir incontournable du "Sans Fil".

Le retour d'expérience d'exploitation des premières installations de T.S.F. installées dès 1907 en Afrique du Nord, aura sans doute pesé aussi sur les décisons finales.

En 1907, la presse étrangère s'était toutefois occupée d'une affaire dite de Télégraphie Sans Fil. Un industriel français du nom de M. Henri Popp, avait manifesté à l'époque l'intention d'installer dans 4 ports du Maroc des appareils de T.S.F. et aurait suivant certains acteurs outrepassé des autorisations d'importation de son matériel ce qui aurait soulevé un petit incident diplomatiques avec les autorités marocaines et en retour des protestations de l'Ambassadeur de France à Tanger.

Ceci étant, la situation politique dans cette région du globe était assez trouble en cette période et le Maroc était dans une situation quasi insurrectionnelle après des tentatives de déstabilisation du régime en place et en 1903 une rébellion menée par des tribus rebelles qui laissera un pouvoir affaibli.

Souvenez vous qu'en 1905, le Maroc vit une crise politique profonde qui conduit le sultan Abd El Aziz à demander la convocation d’une conférence internationale. Il signe en juillet 1906 le traité d'Algésiras. La France reçoit du Maroc des pouvoirs de police. C'est à ce titre que Lyautey occupe Oujda en 1907. On se souvient du rôle joué par le Général Ferrié lors de cet évènement quand il réussira à assurer une liaison quasi permanente par radio entre le Sud de l'Espagne et Paris. Cette expérience, la première du genre, avait certainement convaincu beaucoup de personnes du monde politique de l'intérêt de cette nouvelle technique. Il n'est pas impossible même qu'une liaison entre l'Espagne et le Maroc ait été installée lors de cette conférence. Lyautey était à cette époque déjà au Maroc avec ses célèbres zouaves.

Encore un exemple où l'on voit les interactions entre les évènements politico-historiques et les développements techniques.

Gardez aussi en tête que dés les premières années du 20ième siècle, le réseau de télégraphie terrestre de l'AOF, qui se raccordait aux nombreux cables sous-marins transatlantiques, avait une longueur de plus de 18 000 Km.

Comment imaginer développer des services de téléphonie au travers de toute l'Afrique en construisant des lignes et des stations au travers de zones géographiquemen difficile, voire inexplorées ?

Le Sans Fil devenait incontournable !

Le premier cable sous-marin complètement français reliant Brest à Dakar sera mis en service en 1905, soit quelques années seulement avant la mise en exploitation d'un réseau hertzien.

Après la mise en exploitation de postes émetteurs de puissance sur le territoire national et en particulier de la station de Lyon-La-Doua, puis celle de Croix-d'Hins, capables de rayonner sur le monde entier, une première station sera mise en service à Bamako en 1917.

Les projets d'installation d'un poste de TSF en AOF pour faciliter le trafic maritime avec le Sénégal se concrétiseront, après des essais encourageants par la construction d'un poste de réception puis d'émission à Rufisque vers 1908. Le réseau sera complété par un poste à Port-Etienne (Mauritanie) en 1908, Conakry (Guinée) en 1910 et Tabou (Côte d'ivoire)en 1913.

Compte tenu bien sûr de l'évolution rapide des techniques de radio-communication dans les années 1920 à 1930, ces stations verront l'introduction de modifications nombreuses pour en améliorer les performances et la fiabilité.

La station de Rufisque sera remplacée en 1928 par celle de Dakar.



Le poste de la TSF de Rufisque au Sénégal
Indicatif FRU

Carte postale Collection Tennequin

Cette vue date des années 1920.



Le poste de la TSF de Rufisque au Sénégal
autre vue

Carte postale d'époque

Sources :

  1. Les sites Internet sur le sujet
  2. L'économie des télécommunications en Afrique - Raymond Marin LEMESLE - Agence Universitaire de la Francophonie - KARTHALA - AUF 2002
  3. Inauguration d'une station de T.S.F à grande puissance à Saïgon - Gallois Lucien - In: Annales de Géographie. 1924, t. 33, n°182. pp. 188-190.

© 2010-2012 Pierre Dessapt