Retour

La radio entre dans les foyers.


Auditeur devant son poste de Radio
Photo vers 1935/40

Le poste de Radio représente jusque dans les années 1950 un objet de luxe, avant une diffusion de masse qui premettra sa démocratisation et une explosion des ventes dans les années 1960. Il prend, donc au début, une place d'honneur dans les foyers d'une population plutôt bourgeoise au départ d'où un effort des constructeurs pour développer des postes qui vont s'intégrer au mobilier.

Nombre de ces appareils seront de fait construits par des ébénistes qui emploieront des bois nobles pour réaliser des structures du plus bel effet ... et à la mode de l'époque.


La mère du webmaster
Photo prise dans les années d'après guerre.


Dans les années 1950 la mère du webmaster pose devant le poste de Radio "fait maison" qui recevait quelques années plus tôt les émissions interdites de Radio Londres diffusées par la BBC.

Le poste était intégré dans un "meuble bar" imposant qui comportait en partie haute un tourne-disque et sur les cotés des espaces de rangement pour les disques et la verrerie pour prendre l'apéritif tout en écoutant la musique ou les informations radiophoniques.

N'oublions pas que la télévison n'existait pas encore et que la radio naissante constituait un des principaux moyens de divertissement avec la diffusion d'informations mais surtout d'émissions de variété en direct, de pièces de théatre, de chroniques locales ou nationales et de musique.

Comme tout le monde ne possèdait pas encore de poste de Radio, il était courant aussi que familles ou voisins se réunissent le soir autour d'un poste, voire que l'on aille au café du coin qui possédait souvent un récepteur de radio équipé d'un amplificateur et des hauts-parleurs de grande taille pour permettre une écoute confortable dans une salle parfois un peu bruyante.

... et les grands-mères écoutaient religieusement les premières chansons de Tino Rossi ou versaient quelques larmes en susurrant les paroles des chansons narratives de Berthe Sylva qui, dit-on, fit un premier triomphe après un passage sur Radio-Toulouse en 1925...

Pour anecdote on peut rappeler même que la voix de Tino Rossi était tellement présente sur les ondes en 1939, que son fils raconte qu'il demandera lui-même aux stations de moins le programmer car il craignait de saturer les auditeurs !

N'oublions pas non plus le bonheur qu'à pu apporter la Radiodiffusion naissante aux personnes handicapées, aux mal-voyants, aux personnes seules ou isolées, ainsi que l'aide aux agriculteurs, fermiers, éleveurs, jardiniers en herbe qui suivaient les prévisions météorologiques et écoutaient les chroniques propres à leur activité.


Très belles images anciennes et magnifique témoignage d'un temps révolu !


Sources : Laurent Rossi, Tino Rossi, mon père, op. cit., p. 171

Copyright Pierre Dessapt 2011. Tous droits réservés