Raconte-moi la radio

La Police et la Radio

Dès les années 1920, la production industrielle de matériels radiotechniques transportables, de plus en plus fiables et performants et la mise au point de nouveaux modes de transmission de messages sans fil sur des distances de plus en plus grandes, va ouvrir le champ à une quantité très vaste d'applications dans de nombreux pays du monde.

Les activités liées à la police, la surveillance territoriale, la police judiciaire administrative ou scientifique et tous les domaines concernés par la sécurité des biens et des personnes vont progressivement utiliser la T.S.F., modifiant ainsi profondément des métiers, des méthodes de travail et d'analyse et permettant le développement de stratégies nouvelles rendues possible par ce nouveau moyen de communication.

Il serait impossible de traiter du sujet en quelques lignes tant il est vaste. Des sites dédiés développent spécifiquement ce thème et donnent de larges explications sur le rôle joué par la T.S.F. en France et à l'étranger, en période de paix ou au cours de périodes plus troubles.

Mais la place jouée par la télégraphie dès la Grande Guerre de 14/18 et l'évolution fulgurante de la radiotechnique méritent de porter un regard attentif sur quelques images anciennes et de juger des avancées techniques réalisées en moins d'un siècle.

Attardons nous un instant sur quelques photographies disponibles sur des publications récentes qui traitent des métiers anciens ou de technologies du passé et montrent des clichés dont on a bien du mal à imaginer de nos jours l'existence.


La Police s'équipe de matériels Radio



Policier de New-York
Carte postale vers 1930

Aux Etats-Unis, pays où la technologie est en pointe, la police de New-York teste une radio portative très novatrice. Vous noterez le micro en bakélite et la batterie portée à la ceinture. Un matériel encore rustique dans sa conception, mais sans doute très efficace pour assurer des liaisons en temps réel entre de nombreux policiers dans les gigantesques cités américaines cosmopolites et pour certaines dangereuses à certaines heures de la journée.



Le camion Radio Panhard
Carte postale de 1937

Ce camion de marque française Panhard, spécialement développé pour la police parisienne est équipé de la T.S.F. Il avait été un des clous du Salon de l'Auto de 1933. Le véhicule est photographié ici, toutes antennes déployées, en opération vers 1937.

L'opérateur est au travail dans le camion T.S.F. On est loin bien sur des installations numériques actuelles, mais ces matériels étaient à même de relayer bien des personnels de surveillance dans nos villes et d'apporter plus de sécurité à nos concitoyens.


L'opérateur Radio au micro

En 1933 les haut-parleurs sont encore de taille respectable. Tout le quartier peut entendre les messages diffusés.


Voiture Radio
Paris vers 1933

Dans le sujet traité ici, la communication est un jeu complexe et toute légalité à émettre et écouter a ses limites. La T.S.F. a ouvert la voie à toutes les pratiques qu'elles aillent ou non dans le sens de la liberté de l'homme à s'exprimer ou de son engagement dans des pratiques malhonnêtes voire perverses ou subversives.

Il y a toujours un jeu dangereux entre celui qui écoute et celui qui est écouté. La presse internationale n'est pas sans se faire l'écho des abus et pratiques qui existent dans notre monde, mais parmi les média, la Radio et la T.S.F. reste un outil dont il convient sans doute de garder le contrôle et la dynamique.

Si la réglementation n'est pas un frein suffisant pour éviter tous les excès, une bonne déontologie est sans doute nécessaire dans un monde ou bons et méchants diffusent de façon permanente des informations dont la teneur, l'exactitude et la finalité n'est pas accessible à tous.

Entre information et désinformation toute déviation se doit d'être surveillée et toute action corrective engagée pour éviter tout dérapage.

Monsieur Hertz devant sa machine à étincelles ou Monsieur Fessenden devant son micro de base devaient être bien loin de ces considérations philosophiques.

Mais cette page n'est qu'un exemple de l'appropriation de la Radio. On pourrait aussi parler des pompiers, des services d'ambulances, des Taxis, des ONG et de biens d'autres professions qui ont adopté la Radio très rapidement pour améliorer leur performance, la sécurité des personnes ou la rapidité des interventions.

N'oublions pas aussi le rôle joué par les Radioamateurs qui sont bien souvent intervenus partout dans le monde pour aider les services d'aide aux personnes dans des cas de catastrophes naturelles (seismes, inondations, ....) ou de périodes de troubles civils (révolutions, guerre, ...).

Un clin d'oeil enfin aux Reporters Sans Frontières (RSF organisation non gouvernementale internationale), qui parcourent le monde et nous apportent quasi en direct des informations acquises parfois dans des conditions très difficiles et nous les font parvenir grâce aux ondes hertziennes ouvrant ainsi notre connaissance sur des sujets que nos générations antérieures auraient tout à fait ignoré. Sa devise restera toujours Sans une presse libre, aucun combat ne peut être entendu .


Sources :

  • Métiers d'autrefois - Edition de Lodi

  • © 2014-2017 Pierre Dessapt