Raconte-moi la radio

De la Télégraphie à la Radiophonie

Manipulateur Morse (vers 1930)
Cliquer sur l'image pour l'agrandir

Les premières émissions de radio ne font que transmettre une succession de sons bruités correspondants aux signaux morses émis par un opérateur à partir d'un manipulateur.

L'emploi de cet appareil demande un apprentissage long et difficile qui réserve son usage à des personnes entraînées..

Les signaux reçus ne sont pas compréhensibles directement ce qui exclut un usage grand public de ce mode de transmission d'informations..

Les recherches menées par les savants et ingénieurs visent donc bien sûr à pouvoir transmettre directement la voix humaine et la musique, chose qu'il est déjà possible de faire à la même époque avec le téléphone.

Phonautographe (1857)

On savait en effet déjà dès les années 1880, capter la voix humaine et la transporter par fils sur de longues distances.

En effet, vers 1857, Edouard SCOTT de MARTINVILLE (1817-1879), ouvrier typographe et inventeur français avait déjà mis au point un dispositif capable de graver la voix humaine sur un cylindre de cire.

Son phonautographe était composé d'un cornet acoustique et d'une membrane capable d'exciter un stylet qui venait graver ses fines oscillations dans la cire.

Mais ce système ne convenait pas pour la génération de signaux électriques. Il fallait inventer un nouveau dispositif capable de transformer la voix en courant électrique.

Le premier appareil de conversion du son en courant électrique est sans doute le microphone à contact solide de BLAKE qui comportait une pastille de platine et une capsule de carbone.

Microphone de HUGHES

Mais le premier transmetteur électro-acoustique opérationnel est dû à l'ingénieur américain David Edward HUGHES (1831-1900).

Il imagina en 1878, un appareil capable d'être impressionné par des sons très faibles et auquel il donna le nom de microphone.

Cet appareil était composé d'un petit barreau de charbon de cornue taillé en pointe à ses 2 extrémités et maintenu entre 2 cavités hémisphériques creusées dans une plaquette elle aussi en charbon.

Les sons émis à proximité du barreau le font vibrer. Les variations de résistance de contact au niveau des pointes modifient le courant dans un circuit électrique associé.


Microphone à charbon
Microphone à charbon de Hughes
Replica d'après un modèle ancien de démonstration
Original au lycée Lalande à Bourg en Bresse (vers 1900)
dimensions 13cm X 7cm

La fiabilité du dispositif fût améliorée par ADER qui proposa un microphone composé de plusieurs crayons de carbone.

Augusto RIGHI inventa un microphone à poudre conductrice.

Enfin HUNNINGS utilisa le carbone en poudre que l'on utilisait encore sur les téléphones domestiques il y a quelques années.

Dans le téléphone, les variations de courant sont envoyées par fils à distance et sont transformées à nouveau en sons audibles dans un écouteur ou un haut-parleur.

Ce même principe est appliqué à la téléphonie sans fils.

Microphone ancien (Montage amateur)
Cliquer sur l'image pour l'agrandir

Bien sûr ce premier appareil n'était pas très fidèle et les sons reproduits étaient entachés de nombreux parasites, aussi les évolutions successives vont elles avoir pour but de mettre au point des "micros" de plus en plus performants.

Grâce au microphone, dès 1920, les émissions radiophoniques vont pouvoir commencer.

La photo ci-contre montre un ancien appareil composé d'un microphone de téléphone et d'un transformateur Basse-Fréquence pour une adaptation à un poste d'émission radio.

Cet appareil a du être utilisé par un radio amateur dans les années 1925.

On est loin bien sûr des microphones modernes dit Hi-Fi. qui reproduisent les sons dans les moindres détails et une fidélité quasi absolue

Dés les années 1920, les hommes du monde entier vont enfin pouvoir se parler et communiquer à distance en langage clair sans support de fils..

Microphone PHILIPS monté sur un support amortisseur à ressorts

La radiophonie peut naître et se développer. La musique et le théâtre peuvent enfin entrer dans les foyers.

Les radio-amateurs vont pouvoir peu à peu abandonner les messages en morse et échanger des conversation directe parlée avec leurs correspondants.

On passe de l'époque de la graphi, à l'époque de la phoni pour employer les expressions des spécialistes.

Voyez à droite l'image d'un de ces premiers microphones, suspendu par des ressorts amortisseurs pour éviter de transmettre les possibles vibrations parasites du support.

Mais le micro, comme on l'appelle de nos jours, devient vite l'outil des politiques.

Le 6 juin 1940 ça vous dit quelque chose ?

Un général encore inconnu "parle aux français".

Ce jour là, le gouvernement se replie vers Briare et c'est la débâcle avec l'armistice annoncée au micro de RADIO BORDEAUX par le Général Pétain.

Qui a oublié cette image du Général De Gaulle lançant son appel le 18 juin 1940 depuis Londres quelques jours plus tard.

Seul, devant le microphone de la BBC, il allait envoyer vers la France en lutte un message d'espoir et ainsi, sans doute, modifier le cours de l'histoire.


Qui a oublié aussi le micro de la menace utilisé dès 1933 par Hitler sous l'impulsion de Goebbels qui avait très tôt compris l'impact médiatique de la radio.


Le microphone, appareil discret et parfois oublié, est bien encore aujourd'hui l'élément de base de la radiodiffusion, de la télévision, du cinéma parlant et de la musique enregistrée.



Qu'il soit cardioïde, omnidirectionnel ou unidirectionnel, qu'il soit  electro-dynamique, electret ou à ruban, le microphone est de nos jours l'outil incontournable du preneur de son, du grand reporter ou du bruiteur qui préparent tous les jours nos médias et nos informations.


Sources :

  1. Traité de Physique élémentaire - Ch. Drion et E. Fernet - G. Masson Editeur - Paris - 1871

© 2000-2007 Pierre Dessapt