Raconte-moi la radio

Mahlon Loomis - Père de la Radio ?

Dentiste américain né à Oppenheim dans la banlieue de New-York le 21 juillet 1826 et mort en 1886.

Son père était le fils d'un pasteur venu du Massachusetts.

La famille Loomis avait vraisemblablement séjourné en Caroline avant de revenir à Oppenheim pour ensuite aller à Washington DC.

Il était dentiste de métier. Un document indique qu'il avait pris, en 1854, un brevet sur un procédé pour fabriquer des dents artificielles en kaolin .

A partir du milieu des années 1850, il s'était semble-t-il pris d'intérêt pour l'électricité et était l'auteur, un peu avant 1858, d'une "théorie" sur l'emploi de l'électricité statique de l'atmosphère dans la transmission de signaux (il appelait ces signaux "pulsations").

Le fait de pouvoir le considérer comme un des inventeurs de la radio repose sur les expériences qu'il a semble-t-il menées en octobre 1866 dans les Blue Ridge Montains (Montagnes Bleues), en Virginie, 8 ans avant la naissance de Marconi et un an seulement après la fin de la Guerre de Sécession

Parmi les témoins des expériences de Loomis, se trouvaient des personnes sérieuses, tel le Sénateur Samuel Pomeroy du Kansas et un membre du Congrès américain John A. Bingham de l'Ohio, qui appuyèrent ses demandes de subvention au gouvernement fédéral pour commercialiser son invention.

Le dispositif utilisé par Malhon Loomis était très simple et pourrait être refait sans peine aujourd'hui. Il avait construit 2 stations distantes de 18-20 miles (28-30 Km) en vue directe entre deux collines. Dans chaque station il y avait un cerf-volant auquel était accroché une toile métallique de cuivre d'environ 40 cm de coté (15-inch), un fil de cuivre d'environ 200 m (600') pour relier le cerf-volant et un galvanomètre.

Les gens qui conduisaient l'expérience avaient calé leurs montres sur la même heure. A intervalles déterminés, un opérateur mettait le fil à la masse au travers du galvanomètre sur le cerf-volant "émetteur".

Loomis constata que le galvanomètre du cerf-volant "récepteur" déviait chaque fois que le cerf-volant "émetteur" était mis à la masse. Il répéta plusieurs fois l'expérience et vérifia chaque fois le même résultat.

Les possibilités d'une exploitation commerciale du procédé apparurent rapidement intéressantes. Cependant Loomis compris assez vite qu'il était nécessaire de développer un "détecteur" plus sensible que le galvanomètre s'il voulait faire des transmissions sur plus longue distance sans augmenter de façon prohibitive la surface de sa grille et la taille du cerf-volant.

Il fit ériger une vraie antenne en acier et continua ses expériences, mais le coût financier de ses travaux fut pour lui un perpétuel problème.

Ses expériences firent grand bruit dans les années 1870.

Une grande controverse éclata même au Congrès en 1869 quand l'éminent Sénateur du Massachusetts, Charles Summer, présenta une note de $50,000 pour subventionner les travaux de Loomis.

Pendant 2 ans, le paiement de cette note fut même bloqué en commission, sans doute à cause du lobby du télégraphe qui voyait d'un mauvais oeil le développement de ce nouveau mode de transmission de signaux à distance.

En janvier 1873, Bingham membre du congrès fit une note à la Chambre des Représentants en vue de la création de la Société LOOMIS AERIAL TELEGRAPH COMPANY (sans apport de subventions de l'Etat disait la note).

La note d'accompagnement était signée du président Ulysses S. GRANT en personne - celui-là même qui avait battu le Général LEE, le chef des Confédérés et gagné la guerre de sécession (American civil War) quelques années auparavant (1865).

Pendant ce temps, Loomis avait reçu le brevet N° 129,971 intitulé "Improvement on Telegraphing" (améliorations dans le télégraphe) pour son système "sans fil".

Mais Mahlon Loomis n'était pas à l'évidence très chanceux sur le plan financier.

Les investisseurs préféraient aussi sans doute mettre leur argent au service du télégraphe en pleine expansion que d'une technique nouvelle encore à développer.

En 1868, un groupe d'investisseurs de BOSTON promet de monter une société, mais la panique financière du vendredi noir l'année suivante les ruine (The Black Friday - Sept. 24, 1869, in U.S. history, day of financial panic).

En 1871, un groupe d'investisseurs de CHICAGO projetèrent de monter une chaîne de stations dans les Rocky Montains (Montagnes Rocheuses), mais l'incendie de la ville qui débuta le 8 octobre et fit 200 millions de dollars de dégâts (300 morts et 90 000 habitants sans maison) mit fin au projet.

Deux évènements qui empêchèrent définitivement Loomis de poursuivre ses travaux sur la TSF, faute de financement..

Mahlon LOOMIS meurt en 1886 sans voir se développer son invention.

Comme d'autres, sans doute, qui ont été en avance sur leur temps, il va tomber dans l'oubli. Il a pourtant précédé MARCONI, BRANLY et POPOV de près d'une décennie.

Il mérite d'être considéré aujourd'hui comme l'un des Pères de la Radio. Les livres d'école mériteraient sans doute de citer son nom.


Sources :

  1. The story of Mahlon Loomis of Oppenheim, NY - Hector Allen - Jeanette Shiel - 2000
  2. Bibliographie de Mahlon Loomis - Thomas Appleby - 1967
  3. Hand-Written Article signed by Dr. Mahlon Loomis - january 7, 1872
  4. Radio News, Novembre 1922, page 974 à 978

© 2000-2007 Pierre Dessapt