Raconte-moi la radio

De la lampe d'éclairage au tube de TSF

On sait aujourd'hui que l'ionisation d'un gaz, c'est à dire la libération des électrons des atomes qui constituent les molécules de ce gaz, peut être produite de plusieurs façon :

- par choc, c'est ce qui se produit dans le tube de CROOKES,

- par l'action des rayons X,

- par des substances radioactives,

- par des corps incandescents.

Ce dernier phénomènes était connu depuis les premières expériences en électrostatiques et les physiciens avaient dès lors déjà observé que les condensateurs (bouteille de LEYDE) se déchargeaient rapidement à proximité d'un corps chauffé au rouge.

La lampe vue par Marco - nov 2005

Il faut attendre les expériences de Thomas EDISON pour avoir une explication du phénomène.

Vers 1881, EDISON réalisa une expérience qui, sans qu'il en soit conscient lui même, va faire faire un immense pas en avant à la TSF.

Valve d'EDISON (principe)
En plaçant une plaque métallique près du filament d'une lampe d'éclairage, EDISON constitue une lampe à deux électrodes :

- Une électrode chaude (le filament)

- une électrode froide (la plaque).

Il constate qu'un courant peut circuler dans le circuit extérieur d'une pile et en déduit que ce courant traverse l'espace à l'intérieur de l'ampoule.

Si la lampe contient quelques molécules de gaz (vide peu poussé - lampe molle) le courant est plus intense que si le vide est  meilleur.

 

En 1889, FLEMMING, après avoir été reçu par Edison, reproduit cette expérience en Angleterre et THOMSON avance l'idée d'une ébullition de corpuscules dans le filament.

En 1891, J. STONEY (1826-1911) astronome et physicien irlandais, donne le nom d'électron aux corpuscules élémentaires dont les savants soupçonnaient l'existence.

A partir de 1901, Sir Owen Willians RICHARDSON (1879-1959) étudie l'effet Edison et arrive à la conclusion que les électrons se déplacent plus vite quand on augmente la température. Il appellera ces particules des Thermions.

Il formule en 1903 les lois quantitatives de l'émission des électrons par les métaux incandescents (prix Nobel de physique en 1928).

© 2000-2007 Pierre Dessapt