Raconte-moi la radio

Eugène DUCRETET

Industriel et savant français né à Paris en 1844 et mort dans cette même ville en 1915.


On ne trouve pas beaucoup de traces de son enfance dans la littérature.

A 20 ans, il fonde à Paris, une maison d'appareils de précision qui va acquérir rapidement une notoriété internationale.

Il occupera vers 1880 des locaux au 35 de la rue des Feuillantines puis quelques années plus tard et jusque vers 1925, au 75, dans la portion qui prendra en 1881 le nom de rue Claude Bernard.

Son entreprise, spécialisée dans la construction d'appareils scientifiques, aura pour principaux clients des cabinets de physique, les laboratoires des Grandes Ecoles et des Universités de Paris mais aussi du monde entier.


Les Etablissements Ducretet proposent dans leur catalogue :

  1. - roue de Barlow,
  2. - batterie de bouteilles de Leyde,
  3. - moteur magnéto-électrique expérimental,
  4. - machine électro-statique,
  5. - générateur de courant haute fréquence,

Mais Ducretet construit aussi des appareils de mesure destinés aux applications industrielles : voltmètre, ampèremètre, appareils de télégraphie et de téléphonie.

Machine électrostatique Ducretet

Ses travaux le tiennent au courant des recherches accomplies à l'étranger par Crookes, Roentgen, Hertz, Thomson.

Ses relations avec Branly et avec Popov lui permettent de concevoir le premier dispositif français de télégraphie sans fil d'emploi pratique.

Récepteur DUCRETET (vers 1900)

A l'aube du XXième siècle, Eugène Ducretet est l'un des rares industriels à relever le gant à Marconi qui a une situation de monopole dans son domaine.

Il est l'un des premiers à exécuter des expériences publiques de télégraphie sans fil.

Sans doute a-t-il bien compris que le succès de Marconi était dû en grande partie à une médiatisation bien organisée de ses travaux.

Dès novembre 1897, il réalise les premières transmission sans fil entre son laboratoire et le Panthéon distant d'environ 400 mètres.

Le 5 novembre 1898, Ducretet aidé de son collaborateur, l'ingénieur Roger, fait une démonstration officielle, la première en milieu urbain, entre le 3ème étage de la Tour Eiffel et la grande galerie du Panthéon avec inscription des signaux sur bande d'enregistreur de type Morse et déclenchement automatique de l'inscription dès l'arrivée des signaux.

Un représentant de l'Académie des Sciences est présent pour juger de la pertinence de l'essai.



Enveloppe commémorative de la liaison T.S.F. Panthéon/Tour Eiffel

Il est vraisemblable que si les financiers français et l'Etat avaient fait preuve d'un peu plus de clairvoyance, la France avait en Eugène Ducretet, un homme capable de concurrencer Marconi.

Il faudra attendre 1910, avec Girardeau et le capitaine Ferrié pour que notre pays rattrape son retard dans le domaine de la TSF.



Sources :

  1. Le Dictionnaire des Inventeurs et des Inventions - LAROUSSE
  2. Planche commémorative - 75e anniversaire de la liaison TSF Tour Eiffel-Panthéon - Editions CEF 2 rue de l'hotel des postes NICE
  3. Eugène Ducretet - Pionnier français de la Radio - Jean-Claude Montagné - auto-édité, 1998

© 2010-2015 Pierre Dessapt