Raconte-moi la radio

La Station de Brant Rock

Construite par Fessenden au début du siècle dernier, cette station de radiotélégraphie comportait, vers 1910,  4 antennes en forme de parapluie de 140 m de hauteur (environ 430 pieds).

Fessenden à Brant Rock

Elle assurait une liaison permanente avec la station de Macrihanish en Ecosse qui était construite suivant les mêmes plans.

La photo ci-contre montre Fessenden ( à droite) avec ses collaborateurs au travail dans la cabane en bois qui lui servait de bureau à la station de Brant Rock.

Le côté un peu western de l'image traduit bien les conditions difficiles dans lesquelles devaient travailler ces pionniers pour mener à bien leurs expériences.

L'émetteur à étincelles utilisait un éclateur rotatif (rotary spark gap) mis au point par Fessenden.

Fessenden

Vers 1905, Fessenden installe une station expérimentale de transmission radiophonique équipée d'un émetteur à ondes entretenues à alternateur haute fréquence.

L'image ci-contre montre un des premiers postes d'essai. L'alternateur est visible au premier plan et l'opérateur est devant son micro.

La puissance d'émission de cette alternateur était de l'ordre de 1,000 W et la fréquence de l'onde produite de 50 kHz.

Pour la première fois la radio sort de sa phase primitive et l'émission est obtenue sans utiliser le système à éclateur développé par Marconi.

Pour la première fois une voix humaine est captée à Plymouth à 11 miles de Brant Rock.

Fessenden va faire construire des machines plus puissantes et fonctionnant sur des fréquences plus élevées.

C'est avec un émetteur de ce type qu'il réalisera en 1906, la première liaison transatlantique en radiophonie.



Vue de la station de Brantrock vers 1909
Indicatif : BO


Autre vue de l'antenne et des batiments techniques

Le mat de l'antenne parapluie de 136 m de hauteur était composé d'un ensemble de tubes d'acier (diam 90 cm) portés par une fondation isolante et maintenus en place par des haubans isolés (un isolateur tous les 15 m). Fessenden était le seul à cette époque à proposer une solution technique aussi audacieuse. La mise au point d'isolateurs capable de tenir aux efforts mécaniques (près d'une tonne) et aux caractéristiques diélectriques (15 000 V) avait été l'une des difficultés du projet.

Une antenne identique équipait la station écossaise de Machrihanish.


Source :

  1. Operator's WIRELESS TELEGRAPH &TELEPHONE Hand-Book - Laughter - Publishers Frederick J. Drake & Co. - Chicago - 1909.

© 2000-2007 Pierre Dessapt