Raconte-moi la radio

La station française d'ALLOUIS


La construction du Centre émetteur d'Allouis fut décidée au début des années 30. Elle s'inscrivait comme l'une des principales étapes du plan Ferrié (imaginé par le général Gustave Ferrié à la fin des années 20).

Allouis était destiné à doter la France d'un poste ondes longues avec la mission de " porter la voix de la nation au foyer de chaque français "…

Allouis devait aussi accueillir un poste ondes courtes qui serait chargé de "faire bénéficier des émissions de la radiodiffusion les diverses parties de notre empire colonial…"

Le site retenu fut la petite commune d'Allouis dans le Cher. Ce site avait comme avantage de se trouver en plaine, au centre de la France et suffisamment éloigné de tout massif montagneux susceptible de gêner la propagation des ondes.

Il fallut 2 ans pour achever la construction du centre. C'est en 1938 qu'eu lieu la mise en service du centre émetteur ondes longues, baptisé le " National ". Constitué de deux émetteurs de 450 kW et de 4 pylônes supports d'antennes hauts de 250 m. Il commença à diffuser les programmes du réseau radiophonique de l'Etat.

Le site disposait aussi d'un émetteur ondes courtes.

L'inauguration officielle eu lieu en octobre 1939.


Les lampes d'émission du premier émetteur Grandes Ondes de 1939

En 1934, compte tenu des technologies disponibles, il aurait été possible d'atteindre la puissance d'émission de 450 kW en groupant en parallèle des lampes de 100 à 150 kW. De telles éléments étaient en service sur les émetteurs français à ondes moyennes et leur technique de réalisation était bien maîtrisée.

La station à grande puissance de Cincinnati (Ohio), par exemple, fonctionnait à l'époque avec une telle disposition.

Les ingénieurs français avaient souhaité améliorer l'exploitation de la station, en particulier côté maintenance et en diminuer le prix de revient en fournissant directement la puissance de 450 kW au moyen de lampes à grande puissance.

Le problème essentiel à résoudre dans la mise au point de ces composants nouveaux était le refroidissement de la lampe. Un refroidissement par circulation d'eau fût retenu.

Les tubes mesuraient près de 2 m de hauteur et étaient au nombre de 8.

La guerre de 39/45

Le centre émetteur d'Allouis qui était situé en zone occupée fut rapidement réquisitionné par les Allemands qui l'exploitèrent pour y diffuser leurs propres émissions pendant toute la durée de la guerre.

A l'été 1944, les Allemands dynamitèrent entièrement le centre ondes longues et détruisirent la totalité des installations ondes courtes : Le centre émetteur d'Allouis n'était plus qu'un souvenir !

Le nouveau centre

Après sa destruction, le centre grandes ondes d'Allouis devra attendre près de 8 ans pour revenir sur les ondes.

La SFR (Société Française de Radioélectricité) aura en charge sa remise en marche. Les établissement Joseph Paris de Nantes participeront à la mise en place de l'antenne de 308 m.

La remise en service du site commença à partir de 1952.


La Station d'Allouis (France Inter)
Les lampes d'émission

Cliché Lachéron - D.P. N° 58 - Mars 1955


Détail des lampes et du système de refroidissement associé (1955)

une des 2 lampes
refroidissement par eau

Il s'agit vraisemblablement des valves de redressement de l'alimentation des lampes finales de l'émetteur

Ce sont des redresseurs identiques à la BW179 présentée ci-contre, composant fabriqué par la English Electric valve Co. ltd.

La partie inférieure de la lampe est un tube métallique qui plonge dans le liquide de refroidissement des électrodes.

L'étanchéité du système est assurée par un joint élastomère placé au niveau de la colerette sous la partie en verre


En 1968, les 4 émetteurs de 100 kW devenus obsolètes furent remplacés par quatre autres de même puissance.

En 1974, un émetteur de 1000 kW à supervapotrons fut mis en service en complément des installations d'émission déjà en place.



Vapotron de puissance


Le centre Ondes Longues dispose désormais d'une puissance de 2100 kW.

L'ancien pylône de 300 mètres fut surélevé de 50 mètres. Un autre pylône de 350 mètres fut érigé à côté du premier. Ainsi équipée, la station fonctionne sans interruption, sauf chaque jeudi où entre 1:05 et 5 heures du matin, un arrêt couplé des 2 pylônes permet aux techniciens d'effectuer les opérations de grande maintenance.

Sources :

  1. Pour tout savoir sur le site d'Allouis, je vous recommande d'aller visiter l'excellent site de Thierry Vignaud à l'adresse suivante :
    http://perso.wanadoo.fr/tvignaud

© 2000-2007 Pierre Dessapt